Titre: "La guerre actuelle est-elle un un mal" discours prononcé par Antoine d'Eschambault le 16 février 1915
Auteur: d’Eschambault, Antoine, 1896-1960
Source: Archives du Collège de Saint-Boniface, Fonds Petit Séminaire, Académie Taché, Discours prononcés par ses members aux réunions mensuelles, p. 64-72
Page 8 of 9

Transcription

71
sans vie, la poitrine et le crâne percés,
le corps, troué de balles, ils gisent, écrasés,
déchirés et mis en loques par les canons, éventrés
par les obus. Je vous fais grâce du spectacle que
nous aurions devant les yeux par un soir d’été.
Passons sans regarder ces figures déjà vertes, lavées
par toutes les eaux du ciel. exposées
à toutes les injures de l’air…passons en
détournant les yeux…fuyons loin
de ces champs horrible par leur odeur infect.
Parcourez tous les pays belligérants,
pénétrez dans tous les villages, vous y verrez
les personnes plongées dans les deuils les
plus terribles, des familles détruites, anéantis
par la mort de leur chef et de leur soutien,
des mères en pleurs levant le poing vers
la frontière où l’on se bat. Vous y verrez
des orphelins en nombre infini. Prêtons
l’oreille aux malédictions lancées contre la
guerre, cette boucherie savante de notre siècle.
Vous direz peut-être. « Mais voilà
les effets présents!! » Oui et non…c’est
aujourd’hui que ces faits ont lieu, mais
c’est demain qu l’univers s’en sentira.
C’est demain que les patries seront privées de
leur sang le plus vaillant et le plus pur;
c’est demain que nous verrons les suites
de cette guerre…la famine et la misère;
que l’art pleura Reims et Louvain; que les
pays ne seront que ruines, dévastations;
que nous sentirons la perte d’un Pie X
d’un Albert de Mun.
Messieurs, j’aurai bientôt terminé.
pour nous, puisque la plupart des peuples
désirent la paix unissons à leur prières
et demandons à Dieu de donner au
mondes une paix durable : « Pace quan
mundus dare non potest. »
En terminant ce travail, que j’aurais voulu

Ressources numériques sur l’histoire du Manitoba