Title: Cours d'École Normale 1902, Règles à suivre pour l’instruction religieuse dans les écoles publiques du Manitoba
Author: Goulet, Roger, 1867-1946
Source: Archives de la Société historique de Saint-Boniface, Fonds Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface, Série Langevin, L35038-9
Page 1 of 2

Transcription

L3
(travail de M. R. Goulet, inspecteur)
(janvier - février- 6 mars 1902)
COURS d’ÉCOLE NORMALE 1902
Règles à suivre pour l’instruction religieuse dans
les écoles publiques du Manitoba.-
Les écoles publiques du Manitoba doivent être non confessionnel-
les c’est-à-dire qu’on n’y enseigne ou n’y professe en particulier
aucune religion.
L’instruction religieuse comprend deux parties distinctes : 1o L’-
enseignement religieux; 2o les exercices religieux.
ENSEIGNEMENT RELIGIEUX
On entend par enseignement religieux l’étude ou l’explication
des vérités de la religion, du catéchisme, des prières, etc.
Les dix commandements de Dieu ne sont pas compris dans cette ca-
tégorie; ils peuvent être légalement enseignés en tout temps et sans
aucune autorisation.
La loi autorise l’enseignement religieux dans toute école publi- [publique]
du Manitoba si½
1o. Les commissaires en passent la résolution par écrit, spécifiant si
cet enseignement doit être donné tous les jours ou tous les deux jours
Le maître est légalement obligé de s’y conformer.
2o. Lorsque les parents d’au moins 10 élèves dans les écoles de campa-
gne et 25 dans les écoles de villes ou villages adressent une péti-
tion aux commissaires; ceux-ci sont obligés de passer la résolution
ci-dessus mentionnée.
L’heure règlementaire et seule autorisée pour l’enseignement
religieux est de 3h½ à 4h.
Cet enseignement doit être donné par le prêtre ou le ministre du
district qui peut en charger soit l’instituteur, soit toute autre per-
sonne. Il sera bon que celui qui doit en cela remplacer le Pasteur en
obtienne une autorisation écrite et dûment signée.
S’il y a dans l’école des enfants appartenant à une religion
différente, ou dont les parents ne veulent pas d’enseignement religieux
le maître est obligé de renvoyer ces enfants à 3h½ ou de les garder
jusqu’à 4 heures dans une chambre séparée.
Si l’école réunit les élèves de deux paroisses, les deux prêtres,
comme visiteurs, devront s’entendre pour donner au maître la permis-
sion d’enseigner la religion; en tous cas, il faudra que celui-ci soit
muni au moins de l’autorisation écrite de l’un d’eux.
EXERCICES RELIGIEUX;
Par exercices religieux, on désigne la récitation des prières du
matin et du soir, du chapelet, des invocations, etc. et même le signe de
la croix ainsi que la lecture de certains passages de la Bible (de
Douet)
Ces exercices sont prohibés en tout temps par la loi, sauf avant
la sortie de 4 heures où une courte prière (Notre Père) est permise.
Cette défense s’étend non-seulement sur les heures de classe qui sont
de 9h. à midi et de 1h. à 4., mais sur les heures d’école qui sont de
9h. à 4h. (Les commissaires peuvent diminuer ou prolonger ces heures
d’école.) Cependant, pendant le temps destiné à l’enseignement religi-
eux (lorsque celui-ci se donne légalement), c’est-à-dire de 3h½ à 4h.,
les exercices religieux peuvent avoir lieu, à la discrétion des com-
missaires.
INFRACTION EXIGÉS [EXIGÉE] PAR LA CONSCIENCE ET ORDINAIREMENT TOLÉ-
RÉES
La loi sur l’enseignement blessant la conscience d’un institu-
teur catholique, celui-ci ne doit pas la respecter. En conséquence :
1o. Il devra, autant que les occasions le lui permettront, compléter
l’instruction religieuse de ses élèves; par exemple lorsque dans la

Digital Resources on Manitoba History