Title: Propos de Laura Morier recueillis par Pauline Morier, 24 avril 1994
Author: Morier Family
Source: Archives de la Société historique de Saint-Boniface, Fonds Famille Morier, 352/195/001
Page 5 of 6

Transcription

Naturellement il n’y avait pas l’électricité. On éclairait avec des
lampes à l’huile et on éteignait tôt pour économiser.

L’été mon père allait chercher des itinérants pour travailler sur la
terre. Il y en avait de tous les pays et plusieurs Français. Donc
autour de la table on parlait plusieurs langues.

On a trouvé un casse-tête en labourant, qui est maintenant au Musée
de St-Boniface. Ce n’est pas un casse-tête chinois, mais un outil
en granit pour assommer les bisons, probablement utilisé par les
Indiens. Que ce casse-tête soit en granit est étonnant car il n’y a
pas de granit au Manitoba. Donc c’était en forme de masse et les
bouts étaient recourbés pour mettre un lasso. Les Indiens se
promenaient sur leur bronco et lançaient le lasso. Plus tard les
bisons étaient tués à la carabine.

Le magasin général des Rodrigue sur le Chemin Ste-Marie a été le
premier magasin général à St-Vital.

Il n’y pas eu de métissage dans la famille Morier quoique une fois
cela a failli arriver. (Gérard Régnier parle) Mon grand-père Morin
qui venait originalement de St-Jacques-de-Montcalm près de Joliette
est venu seul au Manitoba en mai 1870 et a d’abord marié une Métisse
du nom de Sansregret. Elle est morte à la naissance de l’enfant.1 (superscript)
Ensuite il a marié ma grand-mère McCaughan (irlandais) mais elle ne
parlait pas anglais. Elle est née à Montréal et fut baptisé à la
paroisse St-Enfant-Jésus (coin St-Joseph et St-Laurent). Ils sont
arrivés à St-François au Manitoba. Chose curieuse : quand ils étaient
jeunes grand-père sortait avec Florenda McCaughan (ma grand-
tante). Il lui a même donne une bague. Ils ont cassé et il a marié

Digital Resources on Manitoba History