Title: Louis Schmidt, Mémoires, 1911-1912, extrait, p. 71
Author: Schmidt, Louis, 1844-1935
Source: Archives du Manitoba, MG9 A31, Dossier "Louis Schmidt Papers", p. 71
Page 1 of 1

Transcription

-71-
Les desseins du Canada devinrent bientôt manifestes. Il
voulait s’introduire dans le pays, comme dans une terre déserte,
sans plus s’occuper du peuple qui l’habitait que s’il n’existait
pas. Car quelques mois plus tard, il envoya des arpenteurs, sous
les ordres du colonel Dennis, qui se mirent à tirer des lignes
de tous côtés, sans s’occuper s’ils étaient sur des propriétés
privées ou non.
Les métis, cependant, sous l’impulsion de Riel, commençaient
à s’agiter. Ayant pris conseil de personnes sages et plus expér-
imentées qu’eux, ils tinrent d’abord des conciliabules secrets,
puis des assemblées plus nombreuses, et ils décidèrent de s’opposer
par tous les moyens à l’entrée du gouverneur que le Canada envoyait
et dont on annonçait la prochaine arrivée. Ils voulaient auparavant
avoir des garanties sûres que tous leurs droits seraient sauvegardés.
Ce fut la base sur laquelle ils s’appuyaient pour se soulever et
prendre toutes les mesures voulues afin de réussir dans leur
entreprise. Ceci se passa au mois d’octobre 1869.
Leur première action d’éclat, pour montrer qu’ils étaient
sérieux, fut d’aller arrêter les arpentages qui se faisaient à St.
Vital, en plein cœur des établissements métis. Puis ils allèrent
s’établir à la Rivière Sale, près de la mission de St. Norbert,
où ils barrèrent le chemin public, ne voulant pas que personne
y passât sans leur autorisation. C’était le chemin qui conduisait
à la frontière américaine, par où devait venir le nouveau gouver-
neur, Wm. Macdougall.

Digital Resources on Manitoba History