Title: Écoles séparées partie des négociations à Ottawa en 1870, extrait de la brochure
Author: Taché, Alexandre, A. (Alexandre Antonin), 1823-1894
Source: Société historique de Saint-Boniface, BRO04.348
Page 1 of 1

Transcription

MONSEIGNEUR TACHÉ
Rapporte les incidents qui ont déterminé l'insertion de la clause
DES
ÉCOLES SÉPARÉES
DANS L'ACTE DE MANITOBA.
ARHCEVÊCHÉ DE SAINT-BONIFACE,
27 Décembre, 1889.
Au rédacteur du journal Le Manitoba.
Monsieur, - Je vous transmets une copie
d'une lettre que j'ai adressée au Manitoba
Free Press et qui vient d'être publiée sur
cette feuille, avec prière de la reproduire
intégralement sur votre journal.
Je profite de cette occasion pour faire
connaître à la population catholique du
Manitoba la satisfaction que j'éprouve par
son attitude digne, si grave et si éner-
gique au milieu des difficultés irritantes
dont elle est menacée. Défendons nos
droits par tous les moyens constitutionels
et soyons persuadés que le bons sens de nos
compatriotes d'autres croyances, appuyés
sur la constitution, formeront une digue
inébranlable qui arrêtera les efforts de ceux
qui voudraient nous nuire.
La lettre que je vous prie de reproduire
mentionne des événements qui nous ont
causé bien des alarmes. La Divine Provi-
dence a fait naître de ces événements un
point d'appui, sur lequel reposent nos plus
légitimes espérances. Que notre peuple
se rende digne de la continuation de la di-
vine assistance et nous n'aurons rien à
craindre d'adversaires qui, s'ils nous con-
naissaient mieux, se monteraient plus
justes et plus loyaux.
Quoique disposé favorablement envers
tout le monde dans la province, vous savez
que je porte une affection particulière à
ceux qui croient à la nécessité de soutenir
nos écoles et de protèger notre langue.
Acceptez mes meilleurs souhaits et
croyez-moi,
Votre tout dévoué serviteur
+Alex. [Alexandre], Arch. [Archevêque] de Saint-Boniface
O.M.I. [Oblat de Marie Immaculée]

Au Rédacteur du Free Press.
Monsieur,
Au cours du mois d'août dernier, je vous
ai adressé une lettre que vous avez bien
voulu publier et dont le but était de prou-
er qu'après tout, les idées des catholiques,
au sujet de l'instruction religieuse à don-
ner dans les écoles, sont en parfaite har-
monie avec l'opinion publique en Angle-
terre sur le même sujet. Les conclusions
de la Commission Royale, que j'ai citées
n'auraient pas pu être bien différentes, lors
même qu'elles auraient été préparées sous
la direction d'un concile d'évêques catho-
liques. Cette lettre n'a point été réfutée;
au contraire, j'ai raison de croire qu'elle a
produit l'effet désiré et qu'elle a con-
vaincu plusieurs de l'apropos et même de
la necessité de l'enseignement religieux

Digital Resources on Manitoba History