Title: Lettre du 12 septembre 1865 de Louis-François Laflèche à Alexandre Antonin Taché, extrait, T3571-3572
Author: Laflèche, Louis-François, 1818-1898
Source: Archives de la société historique de Saint-Boniface, Fonds de la Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface, Série Taché, T3571-3572
Page 1 of 2

Transcription

T3571
Supérieur à la rivière Rouge, rencontrera
des obstacles sérieux, mais surmontables
à force d'argent. Ça me parait pourtant
la condition sine qua non, pour que l'an-
nexion du territoire du Nord-Ouest au
Canada, soit une réalité" 1782
Quant à la troisième voie
de communication, celle de la vallée de la
rivière Rouge et de la Vallée du Missssippi,
voici ce que j'en écrivais il y a huit ans;
"Comme le trajet se fait par les prairies,
un cheval ou un boeuf peut, sans trop de
fatigue, transporter sur une charette 6 à 700
livres pesant en 25 jours, de St. Paul
du Minisssota à St. Boniface de la rivière
Rouge, distance de près de 500 milles".
C'est sans aucun doute la communication
naturelle la plus avantageuse, quoique plus
longue (et plus dangereuse pour le présent à
cause de la mauvaise disposition des Sioux)
que celle du lac Supérieur".
Je dois ajouter aujourd'hui
que l'extension qu'ont pris de cette coté
les étabalissements américains depuis cette
époque, ont raccourci de près d'un tiers
cette route des prairies et que la guerre
d'extermination faite à l'infortunée tribu
des Sioux a fait disparaître le danger
qui venait de ce coté.
Dans mon humble opinion,
cette voie de communication sera toujours
la plus avantageuse et la plus praticable
pour pénétrer jusqu'à la colonie de la rivière
Rouge, et cette colonie est la clef de l'im-
mense territoire compris entre les Montagnes
de roche

Digital Resources on Manitoba History