Title: "Brillants résultats de 12 années de colonisation française à N.O. Canadien", rapport de 1900 de Jean Gaire, extrait, L47307-L47311
Author: Gaire, Jean, M. J., 1853-1925
Source: Archives de la société historique de Saint-Boniface, Fonds de la Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface, Série Langevin, L47307-L47311
Page 2 of 5

Transcription

3
et de larges surfaces de terre à blé! Par-ci par-là
des étangs naturels entourés de hautes herbes et peuplés
de canard sauvages égayaient alors cette paisible
nature que la présence de l’homme n’avait pas encore
désenchantée. Le sol y est généralement un sable gras
et limoneux enrichi par les détritus de la riche végétation
des siècles antérieurs. Le sous-sol est un sable d’une
finesse remarquable facile à enlever à la pelle, et une
eau parfaitement pure se rencontre partout à 10
pieds sous ce sable.
Le colon trouvait donc là, l’eau et le bois à volonté,
d’immenses pâturages pour ses troupeaux et de vastes
champs à cultiver. Le plus pauvre colon, dut il
emprunter au commencement pour l’achat d’une vache
de deux bÅ“ufs et d’une charrue était sûr de vivre
dans l’abondance heureux et tranquille dès la
première année d’établissement. Les Anglais
réputés positifs avaient pris en deçà des terres favorisant
mieux la culture des céréales, mais il leur manquait
le bois le foin et les pâturages.
Les premiers colons de Grande Clairière furent
des métis-français. Notre plume reconnaissante se
plait à citer : Thomas Breland, Napoléon et James
Whiteford qui furent les colons du 1er été : l’automne
qui suivit nous amena Antoine Lafontaine puis
Jean Léveillé avec ses dix enfants puis Casimir

Digital Resources on Manitoba History